Humeurs

Les raisons qui m’ont poussé vers le bio

J’ai tendance à me dire que ce qui pousse les gens à se tourner vers le bio est quelque chose de relativement progressif, qui se fait naturellement dans le temps. J’ai eu une expérience légèrement différente : le choix du bio m’est tombé dessus, comme une évidence et une urgence à la fois.

Il aura fallu une petite frayeur médicale et un passage chez un oncologue pour déclencher cette prise de conscience. Jusque là, j’avouerai que je n’ai jamais réellement pensé à ma santé car elle ne m’avait jamais fait défaut. A vrai dire, je pense que c’est l’un des luxes de la jeunesse (lorsqu’on est chanceux bien sûr). Après tout, pourquoi réfléchir aux dangers alors qu’on est si jeune, que tout ça est si loin ? Aujourd’hui, la frayeur est passée mais pas ce sentiment de devoir prendre ma santé en main.

Ne pas se questionner, ne pas se pencher dessus, ne pas savoir, ne pas vouloir.

Je pense qu’il s’agit du premier « chantier » que je suis en phase de terminer. Celui-ci a été probablement le plus simple car cela faisait déjà quelques mois que je me maquillais de moins en moins. Beaucoup moins qu’avant tout du moins. J’avouerais que je continue de me maquiller tous les jours, cependant l’idée de sortir sans maquillage ne m’est plus insupportable. Le plus « dur » a probablement été de me débarrasser d’une grande partie de mon maquillage conventionnel : au-revoir Yves Saint Laurent, Estée Lauder, Huda Beauty et autres. Ce sont les filles de mon entourage qui se sont réjouies !

J’ai tout de même conservé certains produits de cosmétique conventionnelle dans mes affaires. Notamment mes rouges à lèvres préférés ou ceux que l’on m’a offert et qui ont une valeur sentimentale. A l’image de ma transition vers le bio, cela se fait en réfléchissant sans être dans l’excès. Pour celles que ça intéresse, je vous partage déjà ma routine beauté bio dans un article. Peut-être qu’une version spéciale maquillage vous intéresserait ?

Me tourner vers un mode de vie plus sain sera un vrai challenge en 2018, notamment au niveau alimentaire. J’ai quelques bons réflexes que j’ai toujours appliqués sans réfléchir : je ne consomme pratiquement pas de laitage, je ne sale jamais mes aliments, je ne fume pas, je ne bois pas et je bois beaucoup d’eau et de thé. Cependant, j’ai également beaucoup de lacunes: je n’ai pas le réflexe de manger des fruits et légumes, je mange quotidiennement de la viande, j’aime les fast-food… La liste est longue.

Je mentirai en disant que je le fais pour les animaux,
l’environnement, la planète, les générations futures…

Je dois avouer que tout cela est purement égoïste. Je ne jette la pierre à personne et à vrai dire, je ne compte encourager personne à suivre le même chemin que celui que je souhaite emprunter. Je ne me retrouve pas dans les causes citées précédemment et c’est probablement cela qui m’a poussé à ne jamais me questionner sur mon mode de vie.

Je me suis retrouvée en l’espace de deux mois, à me questionner sur ce corps qui me trahirait peut-être de l’intérieur. Ce serait utopique de penser que ce style de vie m’aiderait à écarter tous les cancers ou maladies de ma route. Je n’ai pas cette prétention, ce serait idiot. Cependant, si jamais cela devait m’arriver un jour, je pourrais être certaine que je n’aurais rien fait pour l’encourager.

 

∴          ∴          ∴          ∴          ∴          ∴         ∴         ∴         ∴

Et toi, que penses-tu du bio ?

Dis-le moi par commentaire 🙂  

∴          ∴          ∴          ∴          ∴          ∴         ∴         ∴         ∴

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Blondie Birds
    4 mars 2018 at 20 h 54 min

    Je suis un peu comme toi, j’ai commencé à m’y mettre récemment. Et comme toi encore, c’est pour moi , pour mon corps que je le fais principalement. La route est longue, mais on va y arriver 😉

    • Reply
      Nolwenn
      25 mars 2018 at 17 h 45 min

      Oui, il n’y a pas de raison qu’on n’y arrive pas, avec de la bonne volonté ! 🙂

    Leave a Reply